lettre d'info /// septembre 2014

 L'ennui, c'est que l'on néglige le football au profit de l'éducation. 

Groucho Marx

  sommaire

Prochainement : 3 stages à Lille /

Une invitation à rejoindre un projet de publication et un rendez-vous //

Perspectives nouvelles pour Rouletaplume et, peut-être, vous ///

Récréation, avec Nicolas Bouvier

édito


Réunie cet été en Corrèze, en haut d'une colline, l'équipe de Rouletaplume a fait preuve d'une belle énergie et d'une fécondité certaine que l'équipe souhaite prolonger avec vous. Chiche. 

 

Les 3 stages prévus à Lille prochainement proposent de :

- gagner en aisance dans l'écriture, développer vos capacités d'expression et dépoussiérer les idées sur l'écriture (pouvoir du langage, saveur des mots, rythme des phrases, ordre d'un texte, etc.), 

- développer ensemble une communication tonique et consistante par des supports adaptés, 

- fabriquer un journal, et apprivoiser ce type de publication collective. Applicable sur sites, et autres supports. 

De quoi se rasséréner les méninges, avec la rigueur de l'hiver et son inverse (l'hiver de la rigueur) qui s'annoncent. Brrr. 

Car ces sessions d'automne sont à saisir sur le feu : les accès à la formation risquent de se réduire pour les salariés en général et pour les bénévoles des associations en Nord-Pas de Calais l'année prochaine. Comme dit Groucho : l'ennui, c'est que l'on néglige le football au profit de l'éducation. 

 

Rouletaplume projette de réaliser une publication et invite à y contribuer. Pourquoi ? Pour y publier ce que l'on ne peut dire ailleurs, dans les autres supports ou organes de presse. Quelle forme aura cette publication ? Sa singularité ? Ces précisions viendront vite. De la liberté de parole, certainement. Comme disait un empereur : Je redoute 3 journaux plus que 100 000 baïonnettes. C'est dire la puissance de la chose. 


Certes, cet édito fleure bon l'optimisme. Comme beaucoup, Rouletaplume subit les effets des baisses de subventions publiques. Et les longueurs administratives qui offrent, de notre vivant, un aperçu de l'éternité ; c'est leur seul avantage. 

 

Bonne lecture. 


 

Stages à Lille et autres propositions

les 3 stages en Nord cet automne

3 stages sont proposés à Lille cet automne.

 

- Ecrire et publier pour être lu (EPEL),

il s'agit de gagner en aisance à l'écrit, savoir manier divers genres et styles, et conquérir sa liberté d'auteur,

22, 23, 24 octobre et 03, 04, 05 décembre

 

- Concevoir, réaliser, animer des supports de communication (CRASC),

savoir mettre en oeuvre une communication intelligente et efficace par des supports écrits et multimédias,

27, 28 octobre, puis les 25 et 26 novembre

 

- Publier un bon journal (CARMA),

organiser une activité de publication à parution régulière, s'entraîner à informer, raconter et réaliser (ou participer à la réalisation de) un journal pendant le stage,

28, 29, 30 novembre, 12, 13 et 14 décembre


Vous pouvez télécharger et même faire circuler les descriptifs ci-dessus. Mieux vaut s'y prendre tôt pour se renseigner, s'inscrire, etc. 

Télécharger
Ecrire & publier pour être lu
stage EPEL 59.pdf
Document Adobe Acrobat 385.3 KB
Télécharger
Supports de communication
stage CRASC 59.pdf
Document Adobe Acrobat 317.5 KB
Télécharger
Publier un bon journal
stage CARMA-1 59.pdf
Document Adobe Acrobat 275.6 KB

Saisir l'occasion quand le vent tourne

Pratique. Ces formations font place aux pratiques et aux savoirs des stagiaires. Donc à leurs questions, leurs difficultés et leurs projets. Il est possible de mettre sur la table de ces stages ses projets d'articles ou de publication, de supports de communication, ou même de journal (ou site) et que, cadrés et décidés ensemble, ils soient puissent être mis en oeuvre par le groupe. A vos propositions. 

 

Bénévoles. Les bénévoles des associations du Nord-pas de Calais disposent de conditions d'accès facilité aux stages, permises par une convention avec le Conseil régional (ADVA). Elles concernent encore ces deux stages "Publier un journal" (CARMA)  et EPEL programmés en automne 2014. En 2015, CARMA sort du lot et EPEL peut-être.  

 

Salariés et "demandeurs" d'emploi. La réforme de la formation professionnelle annonce la fin du DIF au 31 décembre 2014. C'est, semble-t-il, l'occasion de solder ses heures. Pas de panique. Elles seront reportées sur le CPF, qui remplace le DIF, mais, à partir de janvier, votre demande devra être validée par des instances qui jugeront de l'intérêt de votre formation relativement à votre métier ou parcours. A bon entendeur.

 

Autrement dit, les bénévoles de la région NPDC et les travailleurs avec ou sans emploi qui n'ont pas soldé leur DIF, devront s'inscrire aussi vite que possible, dans un finish à la Floria Gueï, expression admise depuis l'exploit accompli par l'athlète et son équipe à Zurich cet été (voir vidéo). 

Exploit de l'équipe au début, celui de Floria Gueï à 3'10. 



Participer à l'aventure d'un journal et s'y préparer

Un groupe, et pas des moindres, met le premier numéro de son projet de revue sur la table. Il invite qui souhaite à participer à sa réalisation et son numéro.

Le premier cadre éditorial, son propos, ses règles, seront divulgués prochainement. Et tout cela sera éprouvé lors du stage "Publier un journal" (lire la rubrique Stages ci-dessus) avec celles et ceux qui y participeront, et ceux qui, n'y participant pas ou ne pouvant pas y participer, auront déclaré vouloir en faire partie : une conférence de rédaction réunira stagiaires et participants à cette publication.

 

Certes, on peut être saisi du vertige à l'idée de rédiger des articles destinés à la publication, être hésitant dans l'idée de s'engager à écrire sans être certain du résultat, mais :

  • l'écriture n'est pas réservée à une élite, et on peut y progresser dans un cadre bienveillant, avec un groupe qui est attentif à cette dimension, à soigner le geste, 
  • ce stage (et d'autres comme Ecrire et publier pour être lu, dès le 22 octobre) peut apporter de l'aisance et de l'entraînement à écrire et à participer à cette oeuvre collective, 
  • cette publication est organisée pour que les articles soient lus et relus, avec les rédacteurs qui peuvent gagner en précision. La relation compte dans cette activité de publication. 
  • l'écriture d'articles n'est pas le seul mode de participation à un journal, on peut être correspondant, animateur de rubrique, photographe, dessinateur, relecteur, diffuseur, etc.

Une rencontre aura lieu le 23 octobre 2014  à Lille, en soirée.  A Tulle, le 17 octobre, en soirée. 

Le lieu sera précisé à celles et ceux qui se seront manifestés à cette adresse.

 


retrouvailles fécondes

Au sommet d'une colline de la Corrèze, une sorte de Golgotha située non loin de Tulle, quel meilleur endroit pour une association de reprendre du souffle et renaître ? C'est le centre agroécologique et culturel Le Battement d'ailes (qui vaut le détour, pour qui s'intéresse à de belles aventures) qui a accueilli Rouletaplume durant 3 jours pour discuter et décider de son avenir et son  orientation ? Il en ressort que : 

  1. - un projet de publication sera réalisé d'ici début à la mi-2015, revue ou journal, comme évoqué plus haut, avec une participation ouverte à qui est tenté par l'aventure,
  2. - des rencontres régulières à raison de 2 à 3 par an, seront programmées avec celles et ceux que nous avons croisés et croiserons sur notre chemin, afin de cultiver communément les pratiques et les problématiques dans la durée, au-delà des interventions, 
  3. - d'accorder un soin accru à la qualité de nos relations, au-delà des nécessités et des vicissitudes économiques. Ce qui veut dire que nous donnerons moins dans le communication massive, en pariant que ceux qui conçoivent de l'intérêt à cheminer ensemble sauront se signaler (inscription à la newsletter, etc.), 
  4. - une confirmation des présupposés de nos actions de formation, dans leurs contenus et leurs méthodes, avec des perspectives repérées d'évolution pour soigner le geste, le tout à distance de la marchandisation de la connaissance, 
  5. - la définition de l'activité d'accompagnement qui, active, restait en discrétion, coincée entre la réalisation de prestations (écrits, supports, actions de communication) et l'éducation/formation,  
  6. -  le chantier de la dénomination de nos activités et nos services, afin de distinguer notre conception culturelle de l'écriture, de l'information et de la communication, des pratiques banales que désignent ces termes usuellement, 
  7. - la validation collective de la pertinence de l'approche humanisante de la communication, telle que proposée en stages, en conférences et dans nos interventions, notion pouvant être comprise par de non-qualifiés (hésitants, débutants, intimidés par la comm', et d'autres), capable de mettre du sens dans les pratiques professionnelles et de s'ouvrir à des applications adaptées ; bref : transformer les cibles de la comm' en sujets communiquant,  
  8. - la poursuite de travaux vers la création en 2015 d'un stage à propos de la constitution de l'information, le fruit de pratiques et d'observations des pratiques journalistiques et poursuite de l'objet de l'association, et notamment la distinction nécessaire entre le journalisme (profession) et l'information (pratique nécessaire à l'exercice de la démocratie), 
  9. l'édition en septembre du catalogue et du programme de formation 2015, afin de développer les nombreuses fonctions de l'écriture auprès des jeunes publics comme dans les métiers (transmission, etc.).  

Après ces échanges toniques, dans la perspective des travaux à venir, chacun a pris des vacances. 

 




récréation

En cherchant à rédiger ce qui devait être le simple compte rendu d’une longue route, je me suis aperçu qu’un certain nombre de choses refusaient d’être dites, et que plus elles étaient centrales et essentielles, plus elles renâclaient à être réduites à des mots. La raison de cette réticence étant, je crois, que le monde est sans cesse et partout polyphonique et qu’à ce monde nous prêtons par « insuffisance centrale de l’âme » (Antonin Artaud) qu’une attention monodique… ou pas d’attention du tout.

 

Nicolas Bouvier

L’échappée belle