Ici vous inventez votre média

Accompagner les médias à publier et conquérir leur lectorat, voici ce que nous aimons et savons faire.

Dans cet article, nous dévoilons le projet d'un média citoyen corrézien, nos services à la création de médias et notre projet de revue. 


 

Dans cet article, nous dévoilons notre projet fraîchement déposé sur la table du Ministère de la Culture : des citoyens pourraient vivre dès septembre l'aventure de création et de conduite d'un média innovant pendant une année. Suspens !

Nous précisons aussi notre accompagnement de projets médias pour les collectivités, les assos, les entreprises de presse. 

Enfin nous signalons un projet de revue à naître fin 2015, né de l'imaginaire de membres de Rouletaplume. Rendez-vous en septembre 2015. 

 


Créer un nouveau média pour 2016


Le Ministère de la Culture prête une oreille attentive aux médias citoyens. Ainsi a-t-il lancé en mars dernier un appel à projets doté d’un million d’euros pour soutenir des « Médias de proximité ».

 

Cette appellation désigne les médias d’information locale dont la Ministre a apprécié l’importance et leurs pénibles conditions. Des aides à la presse à destination des médias professionnels existent pourtant. Leurs critères d'attribution font l'objet de discussion actuellement, visant une meilleure répartition. Toutefois les médias non professionnels n'auront pas d'accès aux aides.  C'est la création d’un fonds de soutien permanent, inspiré par le fonds de soutien aux radios associatives, qui est en discussion soutenue avec une délégation des Médias pas pareils (lien).


Cet appel à projet d'un million d'euros faisait donc office d'hors-d'oeuvre, au menu des longues séries de discussion attendue pour soutenir cette presse aussi légitime et historique que les médias professionnels. 

 

Rouletaplume a déposé un projet

Ambitieux, ce projet. Pendant un an, un groupe de citoyens volontaires en Corrèze sera accompagné dans l’édition d’un magazine. Une série d’ateliers offrira à chacun l’occasion de forger son expression (écrite, imagée), de se familiariser avec des méthodes d’information et de publication, et de prendre sa plume et sa place dans la direction de ce média.

L’originalité consiste à traiter la fonction culturelle et sociale d’un média, et de faire confiance aux citoyens pour être capable de définir une approche nouvelle.


Des précédents dans des formations (sans formatage)

Rouletaplume est un organisme de formation tourné vers l'écriture, l'information, la publication et la création de médias, depuis 2008. C'est donc une longue expérience qui prévaut pour amener des professionnels et des non professionnels à acquérir des capacités pour créer un média, l'animer et même le conduire, le diriger. Accompagner l'expression, 

Ce projet propose donc une année de stages courts pour le groupe apprendre les différentes composantes du métier de média.  

 

Concrètement, ce projet

Un magazine papier sera édité tous les deux mois, dès 2016, assorti d’un site internet et de réseaux dits sociaux. L’opération organise aussi des rencontres avec les lecteurs à chaque sortie des numéros et aussi des débats avec des médias. Enfin : la rédaction et l’édition d’un « Guide pour bien démarrer son média citoyen ».

 

La balle est dans le camp du ministère de la Culture dont la réponse est attendue fin juillet. Si nous avons le feu vert, nous débutons dès septembre.

 

Sinon, adieu veau, vache, cochon ? Laissons donc au ministère le temps de la réponse. Nous croisons les doigts et en septembre nous décroiserons les bras. 

De nombreux intervenants dans divers domaines

Voici quelques uns. Arnaud Gosselin, anime des stages destinés à  développer les capacités à l'expression écrite. Arnaud Jacquart, pilote le projet, conçoit, anime et co-anime les stages.

Thomas Jorand, co-anime les stages, journaliste-enquêteur, écrivain, co-anime et dirige de nombreuses publications citoyennes. Et aussi

  • des formateurs en photographie et en vidéo,
  • des graphistes, 
  • des développeurs de site, 
  • des communicants, 
  • et même des lecteurs feront partie de l'aventure.  

1 année pour apprendre à 

  • Ecrire pour publier 
  • Ecrire et être lu 
  • Réaliser des photos de presse 
  • Interviewer
  • Informer, enquêter 
  • Reportage et raconter
  • Conduire un média 
  • Animer une rédaction, 
  • Définir un projet éditorial
  • Composer un magazine papier 
  • Choisir son lectorat 
  • Définir une ligne éditoriale 
  • Communiquer autour du média
  • Etc. 



Médias ! On vous accompagne


Au-delà de ce projet, Rouletaplume accompagne les collectivités, les assos, les groupes informels ou les médias professionnels à la création ou la réanimation de leur média. Mieux : Rouletaplume forme les équipes à tenir leurs promesses de renouveau éditorial.


 

Ce qui fait la richesse d’un média consiste en la qualité de la relation qu’il entretient avec ses lecteurs, l’exigence qui lui permet de conquérir leur confiance et leur fidélité. Notre intervention invite à penser cette relation de façon dynamique et créative, de développer sa richesse éditoriale, de penser l’économie et l’organisation du média. Hors de question de se contenter qu'un média paraisse (paresse). 

 

C’est ainsi que s’est construit le stage CARMA : créer en atelier et réaliser un média associatif. D’abord destiné aux assos souhaitant se doter d’un organe de presse, ce stage s’ouvre également aux publications des collectivités, des entreprises et des médias professionnels.

Certes, les fonctions d’un média ne sont pas semblables dans ces univers et les interventions sont évidemment adaptées. Le monde associatif est une excellente école : il concentre la plupart des contraintes que rencontrent les autres médias et traite la relation au lectorat qu’il souhaite associer, voir s’impliquer.

 

C’est une satisfaction de recevoir dans la boîte aux lettres Le 23, le magazine de la MRES (un réseau nordiste d’une centaine d’assos humanistes, environnementales et culturelles). Ce trimestriel, jadis moribond et condamné par une économie difficile, est rené de ses membres après un stage proposé par Rouletaplume en 2013. Il est passé de 16 pages aérées à 20 pages bien tassées et claires, un dossier central étendu, une variété de rubriques et une participation accrue à l’écriture. Bravo. Un organe durable, et indispensable, pour insuffler de la dynamique dans les relations vers des initiatives communes. 

Télécharger
Une brève présentation de nos services d'accompagnement à la création de médias
Médias Une culture de l'information.pdf
Document Adobe Acrobat 568.5 KB
Télécharger
Le stage qui forge votre média et vous forme à le conduire
Le fameux stage CARMA : créer, animer et réaliser un média
CARMA 2015.pdf
Document Adobe Acrobat 247.0 KB

Faire la différence 

Que se passe-t-il dans nos accompagnements ? Nous offrons une besace où les volontaires viennent puiser des idées et aussi l'espace pour les tester et les réaliser.


Notre travail consiste d'abord à faire bouger les représentations de ce qu'un média peut être. L'histoire n'est pas écrite. L'une des difficultés pour créer un média pertinent est de franchir l'écran.

On apprend le goût des bonnes choses à table, on peut écrire des menus alléchants, mais on invente en passant dans la cuisine. Ainsi il s'agit de savoir passer derrière l'écran du média, et d'y trouver les combinaisons et les idées opérationnelles. Là le dialogue est tonique, l'imaginaire galope. Les fausses certitudes sont ébranlées, l'art de se déplacer s'y cultive et les projets peuvent se tenir sur des jambes musclées. L’exigence produit des inventions étonnantes. 


L’intervention traite les 3 dimensions d’un média : la proposition éditoriale (écritures et lectorat choisi), le média proprement dit (style, genre, forme, format) et l’organisation d’ensemble (groupe humain, conditions matérielles, etc.). La proposition s’accompagne d’une formation des équipes. Elle renforce les atouts et les dote de nouveaux talents qu’elles se sont elles-mêmes découvertes.

 

L’incubation de projet média est à la mode. L’origine du mot « incuber » indique le diabolique d’un tel « accompagnement » (L’incube est un diable qui viole des femmes endormies). De ces incubations, naissent souvent des médias éphémères, des supports de pub où la monnaie d’échange est le temps de cerveau disponible des lecteurs vendu aux marques. Le paradigme de TF1 n’a pas pris une ride. Ce genre de procédé insulte l’imagination. Mais s'il se trouve des clients… 


Nous agissons différemment. Et les résultats sont féconds. Il s’agit pour nos accompagnés d’être attentifs et désireux d’agir tous sens éveillés, d’éprouver l’amour de ce qu’ils font et de les mettre en capacité de le faire bien. De renouveler leur attrait et leur curiosité.

Notre type de conseil ressemble à la conduite accompagnée, qui consiste à savoir conduire un média, et aussi construire son véhicule, savoir le réparer, de choisir sa direction, son plan de route et d’aller loin, à la rencontre de ses lecteurs.


Complément : une revue à venir 

Les amoureux de la chose imprimée seront ravis d'apprendre que des membres de Rouletaplume couvent un projet de revue. Cette revue traitera de langage, de littérature, d'idéologie, de médias et de publicité, en un mot : de culture, de ce qui fait sens. Une culture comprise comme interprétation du réel. D'un réel appréhendé par le langage, avec cette utile précision faite par Emile Benveniste : "Le langage reproduit le monde, en le soumettant à son organisation propre". 


C'est une revue intellectuelle au sens fort du terme, puisqu'il s'agit d'interprétation, et l'on comprend assez rapidement qu'elle n'est pas réservée aux intellos, mais la part d'intelligence.  


Son nom est déjà à lui seul un programme : Rotwelsch. Qu'est-ce que le Rotwelsch ? Un parler issu des langues latines (italiennes et françaises), employé par les marginaux, les nomades résidant en Allemagne.


Pourquoi ce nom ? Il faudra lire ou relire attentivement la Défense et illustration de la novlangue française, de Jaime Semprun, pour bien saisir que le langage accompagne autant les révolutions que les dictatures. Il s'agit de s'émanciper par la langue, s'évader du jargon commun, afin d'explorer aussi bien que révéler l'envers du décor, ce dans quoi on barbote.


Cette revue se veut éphémère sur un temps long. Cette oeuvre commune sera numérotée, et procèdera par un compte à rebours au terme duquel elle s'éteindra, comme nous tous, chacun son échéance venue. La périodicité semestrielle semble la plus souhaitable. 


Fin septembre, une rencontre réunira les aventuriers qui participeront à cette aventure : écrivains, rédacteurs, graphistes, photographes, poètes, autres. Le lieu, les dates, seront précisées à celles et ceux qui se seront présentés comme intéressés.